redaction Enseignements Jul 11

AIDE-MOI, JE MANQUE DE CONFIANCE EN MOI !


Êtes-vous fatigué de jouer un rôle, de porter un masque, d’essayer d’être quelqu’un d’autre que vous-même ? N’apprécieriez-vous pas la liberté d’être accepté tel que vous êtes, sans essayer d’être quelqu’un que vous savez ne pas être ?

Voudriez-vous réussir à être vous-même ?

 Dieu veut que vous vous acceptiez, que vous aimiez celui ou celle que vous êtes et que vous appreniez à gérer vos faiblesses. Il ne veut pas que vous vous rejetiez à cause d’elles.

 Jésus comprend vos faiblesses (Hé. 4 : 15).

 

Le Saint-Esprit vous soutient dans vos faiblesses (Rom. 8 : 26).

 

Dieu choisit les choses faibles et folles du monde pour confondre les sages (1 Cor. 1 : 27).

 

Si, pour me situer sur une échelle de valeur, je tenais compte de mes faiblesses, la conclusion se lirait en dessous de zéro. Or, la valeur d’un être humain ne dépend pas de ce qu’il fait, mais de ce que Dieu a déjà fait.

 

Dieu vous accepte tel que vous êtes mais le diable essaie, de toutes ses forces, de vous empêcher de pleinement comprendre le message divin. Il fait pression sur vous, de multiples manières, afin que vous continuiez

à   croire que vous n’êtes pas de taille à atteindre le standard qui vous est réservé. Il ne veut pas que vous vous acceptiez, que vous vous aimiez tel que vous êtes, parce qu’il sait que ce serait le catalyseur d’une oeuvre merveilleuse en vous.

 

 

L’opinion que nous avons de nous-mêmes affecte nos relations avec les gens et avec Dieu. En affectant notre relation avec Dieu, notre vie de prière est détournée.

 Il est possible de prier et de prier encore sans voir de résultat, malgré le bon vocabulaire et la conformité aux promesses bibliques. Les sentiments négatifs que nous entretenons à notre égard sont une des raisons pour lesquelles nos prières ne sont pas exaucées ; nous ne croyons pas que Dieu devrait faire pour nous ce que nous Lui demandons. Nous avons des difficultés à prier et à croire que Dieu va faire les grandes choses pour lesquelles nous prions, parce que nous ne nous y attendons pas ! Nous évaluons notre valeur en fonction de nos performances, laissant ainsi nos faiblesses, nos défauts et nos échecs affecter négativement l’opinion que nous avons de nous-mêmes.

 

Les gens sont très axés sur les performances. Dès le plus jeune âge, nous apprenons que nous ne méritons l’amour que lorsque nous réussissons. Dans notre relation avec Dieu, notre manière de penser reproduit souvent ce schéma. Nous pensons que plus nous réussirons, plus Dieu nous aimera et nous bénira. Mais, incapables de bien agir tout le temps, nous nous imaginons pouvoir compenser avec nos oeuvres et nous nous démenons pour tenter de vaincre toutes nos faiblesses. Nous pensons qu’alors Dieu nous aimera assez pour nous accorder ce dont nous avons besoin.

 Notre valeur ne repose pas sur ce que nous faisons mais sur ce que Dieu a fait de nous, grâce à ce qu’Il a fait pour nous. Tout chrétien connaît ce principe là – c’est la base du salut.


Nous avons été rendus justes, nous sommes justifiés devant Dieu, grâce à ce que Jésus a fait en mourant sur la croix. Nous ne pouvons gagner le salut par ce que nous faisons ; c’est un don de Dieu, qui repose sur ce que Jésus a fait (1 Cor. 1 : 30 ; Éph. 2 : 8). Il suffit de l’accepter.

Mais,même si chaque chrétien reçoit le salut de cette manière,généralement seuls les chrétiens mûrs continuent à vivre à la lumière de cette vérité et l’appliquent à tous les aspects de leur vie (Gal. 3 : 3). Malheureusement, nous l’avons vu, cette approche contredit l’éducation qu’ils ont reçue. Nous devons changer notre manière de penser en renouvelant notre intelligence avec les Écritures, elles enseignent que nous sommes justes devant Dieu grâce à Jésus – non pas grâce à nos propres oeuvres.

 

Notre valeur ne dépend pas de ce que nous faisons pour être acceptables devant Dieu. Dieu est attiré par les personnes qui ont une bonne attitude de coeur envers Lui, non pas par celles qui Lui présentent un Guinness book des records de bonnes oeuvres ! 2 Chroniques 16 : 9 dit : « Car les yeux du Seigneur parcourent toute la terre afin qu’Il se montre fort en faveur de ceux dont le coeur est parfait envers Lui... ».

 

« ...dont le coeur est parfait envers Lui » signifie avoir une attitude de coeur juste envers Dieu – c’est-à-dire L’aimer autant que vous savez le faire, vouloir faire Sa volonté.

 

Dieu s’est arrangé pour que nous soyons en règle avec Lui (si nous acceptons Sa provision). Il aime l’être humain et recherche ceux qui sont ouverts à Sa volonté, afin de se montrer fort envers eux et de les bénir.

Nous ne pouvons pas monnayer l’amour de Dieu, Ses bénédictions ne se méritent pas. Nous pouvons venir à Lui, à tout moment, et voir nos besoins pourvus. Hébreux 4 : 16 dit : « Approchons-nous donc avec révérence, confiance et assurance du trône de la grâce (le trône de la faveur imméritée de Dieu envers nous, les pécheurs), afin que nous recevions la miséricorde [pour nos erreurs] et trouvions la grâce qui nous aide au temps opportun dans chacun de nos besoins [une aide appropriée, au moment propice, qui arrive exactement à l’heure où nous en avons besoin] ».

 

Cependant, notre style de vie affecte notre capacité à recevoir tout ce que Dieu a pour nous. Une vie de service et d’obéissance envers Dieu Lui permet de nous bénir abondamment. La fidélité libère les bénédictions (Prov. 28 : 20).

 

 

Vivre dans la désobéissance affectera à coup sûr ce que Dieu est capable de faire dans nos vies, car la Bible enseigne que si nous plantons de mauvaises semences, nous ferons une récolte mauvaise (Gal. 6 : 8).

 

Les gens qui vivent et marchent intentionnellement dans la désobéissance, mais qui veulent que Dieu les bénisse quand même, pensent sans doute qu’il n’est pas nécessaire de vaincre ses faiblesses pour gagner l’approbation de Dieu ; ils se servent de leurs faiblesses comme une excuse pour pécher. Voici la vérité : Dieu nous utilise en dépit de nos faiblesses et Il nous aide à les vaincre ; nous n’avons pas à nous débattre avec elles, nous ne sommes pas livrés à nous-mêmes pour les vaincre. Toutefois, nous devons avoir pour but de les vaincre progressivement.


Le Seigneur dit à Paul : « …Ma grâce te suffit car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse… » (2 Cor. 12 : 9). 2 Corinthiens 13 : 4 dit : « …nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu… ».

 

Lorsque Paul enseigne aux Romains le message de la grâce, voici ce qu’il dit :

 

« Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ? Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ? » Romains 6 : 1, 2

 

En d’autres termes, devrions-nous vivre pleinement dans le péché pour donner à Dieu une opportunité de nous faire grâce ? La réponse de Paul fut la suivante : « Je vous en supplie, réalisez ceci : comment pourriez-vous pécher si vous êtes morts au péché ? ».

 

Les propos de Paul avaient pour but d’enseigner les Romains sur leur identité en Christ. Ils étaient – nous sommes – acceptés parce que Dieu les (nous) a rendus acceptables (Romains 6 : 5-16).

 

Dieu veut que nous nous acceptions nous-mêmes et comprenions que notre valeur ne dépend pas de ce que nous faisons mais de qui nous sommes. Il veut que nous soyons prêts à assumer ce que nous sommes, avec nos faiblesses et tout le reste.

 

 

C’est merveilleux de débuter la journée sans se détester pendant une demi-heure avant de sortir du lit ! Ou bien de se réveiller sans entendre le diable débiter à vos oreilles la liste de toutes les erreurs commises la veille, vous répétant que vous n’êtes qu’un perdant et que vous ne pouvez pas, décemment, vous attendre à ce que Dieu fasse quoique ce soit pour vous. La plupart des gens sont abattus dès le matin, avant même d’avoir posé un pied par terre !

 

 

Le plan du diable est de nous induire en erreur en nous faisant croire que notre valeur dépend de nos performances, puis de nous garder concentrés sur nos fautes et manquements. Satan veut que nous ayons une piètre opinion de nous-mêmes et que, confinés dans l’insécurité, nous vivions sans porter de fruit pour Dieu, misérables et incapables de recevoir les bénédictions de Dieu.

 

 

Une fois que nous aurons fait la paix avec nous-mêmes, nous commencerons à vivre en paix avec les autres. À partir du moment où nous apprenons à nous accepter et à nous apprécier, nous sommes à même d’accepter et d’apprécier les autres. Par expérience, je sais que, plus je m’accepte et m’aime en dépit de mes fautes et manquements, plus je peux accepter et aimer les autres en dépits des leurs.

 

Chacun de nous est imparfait, et Dieu nous aime tels que nous sommes. En appliquant les principes bibliques de ce livre, vous vaincrez tout sentiment d’insécurité personnelle et vous vous préparerez à accomplir l’extraordinaire plan de Dieu pour votre vie.





Voir aussi tous les articles rédigés Accéder à la page

à propos de l'auteur :
Joyce Meyer le 11 juillet 2019 à 16h43

Commentaires

soyez le premier ou la première à réagir sur ce post. Pour réagir, Connectez-vous